Avertir le modérateur

17/03/2009

«Please have sex with my son»

Décidément, «The Sun» mérite bien son titre de meilleur tabloïd de la presse anglaise, et god sait si cette couronne est chère. Ce mardi, il nous dévoile l’histoire d’Otto Baxter, 21 ans, et de sa mère Lucy.

Otto a deux problèmes dans sa vie. Il est atteint du syndrome de Down, appelé communément trisomie 21. Ensuite, il désespère d’être toujours vierge. Maman souhaite l’aider à trouver une fille, quitte à payer pour ça. Elle a d’abord ouvert un profil Bebo à Otto pour ferrer des «dates» potentiels. On y apprend qu'Otto aime l'équipe de foot de Milwall, Bob Marley et Lindsay Lohan (malheureusement déjà prise). Maman se dit prête à lui payer «un séjour à Amsterdam pour qu’il visite un bordel, s’il le souhaite.»

2708667167a4527571579b5059256l.jpgChez les Baxter, la compassion est une vie. Madame Baxter, qui habite à Abingdon dans l’Oxforshire, a adopté quatre enfants trisomiques. «J’aimerais que tous mes garçons trouvent l’amour et aient une vie sexuelle épanouie.

Très soucieuse depuis toujours de l'intégration de son fiston, elle espère qu’Otto aura les mêmes opportunités que les autres. «Pourquoi devrait-on séparer ces personnes et les enfermer dans des cages à pigeon? Ils ont les mêmes émotions, les mêmes désirs, les mêmes sentiments que les gens ‘‘normaux’’». Pour elle, «Otto a les mêmes attentes que n’importe qui. S’il n’a pas de petite copine, il se sentira vraiment mal, parce que je lui ai toujours expliqué qu’il était comme les autres.»

«Sarah, j’attends toujours qu’elle me rappelle»

Il faut dire qu'Otto, ci-dessus en photo avec des copines, galère. Après trois années de revers, il s'est résolu à demander à sa mère de l’épauler pour trouver une partenaire. Son idéal féminin? La charmante présentatrice télé britannique Fearne Cotton, dévoilée ici. «Je suis en mission, explique-t-il au «Sun». Je dois trouver une petite copine. Je veux avoir des relations sexuelles. Je cherche des copines partout. Il y a eu Jackie, c’était un joli oiseau, elle était plantureuse. Elle m’a donné quatre baisers. Puis il y a eu Sarah. Nous avons eu une folle étreinte tous les deux. C’était il y a plusieurs mois. J’attends toujours qu’elle me rappelle.»

Pour Maman Baxter, il est important d'agir: «Sa chambre est truffée de préservatifs qu’il achète à chaque fois qu’il sort avec ces amis, et sa collection de films pornos prend une place énorme.» La coupe est pleine, il est temps de soulager Otto. «Je n’ai aucun problème avec ça, ajoute cette mère compréhensive. Il doit aller à Las Vegas pour plusieurs jours, afin de se vendre comme un acteur sur place. Qui sait, il peut avoir de la chance là-bas.»

Maman Baxter a néanmoins tout prévue. «Quand il reviendra à la maison, je lui aurai arrangé des rendez-vous avec des agences de rencontres. Je l’encourage toujours à aller dans les nightclubs et les autres lieux où les gens séduisent les femmes.»

11/03/2009

Son passe-temps: filmer les filles nues dans les cabines de la piscine

Son stratagème voyeuriste était parfaitement rodé, nous raconte ce mercredi «la Dépêche du midi». Ce Toulousain, à chaque fois qu’il se rendait à la piscine Bellevue, ça ne s’invente pas, de la Ville rose, avait installé très discrètement un caméscope sous la paroi des vestiaires de la gent féminine.

douche.jpg Le passage obligatoire pour les nageuses, forcées de s’y dévoiler en petite tenue. Le voyeur en profitait pour faire un tour à la piscine, le temps de remplir la bande, et il retournait tranquillement chez lui pour voir et monter ces clips d’un genre spécial. 

Mais toutes les mauvaises choses ont une fin, et une jeune femme a découvert le pot aux roses dimanche dernier en trouvant le caméscope dans sa cachette. Elle a prévenu directement les responsables de l’établissement, et la police a retrouvé la piste du Toulousain, un manutentionnaire de 51 ans, tout penaud face aux enquêteurs du service d'investigation judiciaire venu l’interpeller et perquisitionner son domicile.

Les escalators du métro toulousain

L’homme a tout avoué. Sur son ordinateur, un large échantillon de femmes, d'adolescentes, parfois même d'enfants en train de quitter robe et culotte pour glisser leur maillot. Blonde ou brune, grande ou petite, peu importait, le voyeur cherchait d’abord à obtenir des images nettes, selon «la Dépêche».

Le psychiatre appelé à se prononcer sur ce cas de voyeurisme n’a pas décelé de déviance dangereuse. Juste une longue habitude. Si le suspect, qui vit seul avec sa mère, a expliqué que le caméscope lui avait été offert dans le courant de l'été 2008, son téléphone portable avait déjà bien chauffé ces dernières années, notamment sur les escalators du métro toulousain et dans les cabines des grands magasins de l'agglomération toulousaine.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu